Ce qui suit confirme que la laideur est parfois nécessaire à la beauté !!


Une fois n’est pas coutume, pas de photos de nos jolies fleurs aujourd’hui mais de notre composteur ! Car nous parlons beaucoup de compost dans ces colonnes, mais peut-être ne savez-vous pas à quoi ressemble un “bon” compost, ni comment l’utiliser ?
1) Tout d’abord une vue d’un des composteurs “en cours d’utilisation”, à l’intérieur duquel les adhérents, grâce à leur bioseau, déposent leurs déchets... 

2) Puis notre second composteur “au repos”, fermé pour de longues semaines, avec les déchets organiques en cours de décomposition...  certes, ce n’est pas très appétissant vu comme ça, mais les vers, eux, adorent !!!

3) Quelques mois seront nécessaires pour obtenir ensuite cette belle matière brune, dégageant une douce odeur de sous-bois, que l’on pourra, pour un compost jeune (de 3 à 6 mois), répandre tel quel en couches de quelques centimètres sur les sols, ceci afin de les alléger et de les amender (en ayant pris soin d’en avoir préalablement nettoyé et griffé la surface pour les aérer). Les vers et la pluie permettront aux éléments nutritifs de pénétrer doucement et en profondeur la terre : plus besoin d’engrais chimiques ni de terreau, vos plantes y trouveront les oligo-éléments et les matières organiques indispensables à une belle croissance et à de splendides floraisons !
Lorsque le compost est arrivé à un degré de maturation plus avancé, tamisez-le et vous obtiendrez une texture fine et homogène, véritable or brun que vous mélangerez à la terre (1/3-2/3) pour vos repiquages ou rempotages.

4) Ici, notre bac de récupération des coupes de végétaux du jardin, essentiellement des tiges ligneuses destinées à être broyées pour compléter les déchets organiques en déchets bruns favorisant la décomposition.

IMG_3908_a_copieIMG_3910_a_copie

IMG_3907a_copieIMG_3909_a_copie

Donc vos déchets sont précieux, pensez-y !

Et une vue de la parcelle aromatique pour finir en beauté...
IMG_3921_a